Proposé conjointement par l’UNAMA et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Dordogne, le projet « ERIGE » a pour objectif de créer une marque collective de mobilier haut de gamme.

Aider les artisans d’art à développer et à promouvoir leur entreprise, les accompagner dans la création de produits en développant une stratégie de commercialisation et de communication efficace, œuvrer de concert dans un collectif soudé par un projet de marque mobilisant des savoir-faire d’excellence, telles sont les grandes lignes de l’action « ERIGE » qui voit le jour en Dordogne. Les frémissements de cet « Appel à Manifestation d’Intérêt » datent de 2003, au moment où la délégation Dordogne de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Interdépartementale (CMAI) avait collaboré avec l’UNAMA (1) pour réfléchir à l’avenir de la filière ébénisterie et répondre par la formation aux diverses problématiques rencontrées par ces entreprises, dont les débouchés les plus intéressants se situaient alors dans le monde du luxe, avec l’aménagement de jets privés, de paquebots ou d’hôtels prestigieux.

Puis, il y a deux ans, la Chambre des Métiers avait repris contact avec Patrick Kruse, directeur délégué de l’UNAMA Paris, pour que soit soutenue une profession malmenée par la mainmise des grands groupes de l’ameublement. « Les commerces indépendants de meubles existent de moins en moins, souligne Frédéric Serveau, directeur adjoint du service économie, emploi et formation de la CMA. Il est indispensable de chercher des solutions pour se réinventer. » Une première réponse intervient le 2 avril 2019, à l’occasion de la 2e édition des « Rendez-vous des savoir-faire d’excellence en Nouvelle-Aquitaine » organisée à La Rochefoucauld-en-Angoumois (Charente). C’est là qu’est lancé l’AMI « Design, savoir-faire d’excellence et innovation », destiné à accompagner les initiatives d’entreprises souhaitant intégrer une approche design pour aboutir à de nouveaux produits ou services. Dès lors, la Chambre des Métiers de Dordogne veut s’inscrire dans ce projet. Dans quel but ? « Faire travailler un collectif d’artisans à partir d’une marque artisanale locale », rappelle Frédéric Serveau. En juillet 2019, la réponse de l’UNAMA est positive : la Chambre de Métiers de Dordogne est retenue. Le 14 octobre, une première réunion d’information est organisée en présence des artisans afin de repérer les personnes disponibles et intéressées.

Grâce à une bonne connaissance de l’artisanat et des diverses entreprises, un noyau se constitue autour de trois professions : les ébénistes, les tapissiers et les artisans d’art de la décoration. Au fil des réunions, une sélection naturelle s’opère, retenant ceux qui se sentent les plus disponibles et les plus en phase avec le projet. Au final, une douzaine d’artisans répondront favorablement, l’objectif initial étant d’en réunir au minimum une dizaine sur la totalité du territoire périgourdin pour une représentativité maximale. « Les ébénistes y sont majoritaires, car il s’agit d’une filière historique dans notre département, avec de grands noms de l’ameublement, précise le directeur adjoint de la CMA de Dordogne. En ce sens, créer une marque artisanale locale, c’est aussi une signature pour jouer sur l’identité de notre territoire. » Autre parti pris : former, accompagner chaque artisan vers des compétences transversales, dont la communication et la commercialisation, pour être plus visible et compétitif.

Aussi, après s’être constitué en tant que collectif pour une durée de trois ans, il s’agissait de se doter d’experts en communication et en stratégie commerciale, ainsi que d’une direction artistique idoine. Un plan d’action a rapidement été mis en place pour que le projet soit opérationnel dès le mois de novembre, en participant notamment au Salon du Livre Gourmand de Périgueux. « Nous avons pris le parti de mettre nos individualités au service de cette marque collective pour travailler ensemble sur ce projet qui nous tient tous très à cœur, poursuit Frédéric Serveau. Être portés par l’UNAMA et la région Nouvelle-Aquitaine nous ouvre des portes, nous en sommes conscients. » Les douze artisans retenus sont donc sur la même longueur d’onde. Récemment, ils se sont mis en réseau pour communiquer de manière interactive. Un groupe privé a d’ailleurs été constitué sur Pinterest pour que chacun puisse livrer ses idées. Des idées valorisées grâce au soutien d’un directeur artistique-designer, qui les forme au croquis et au dessin, afin que tous puissent représenter avec précision l’objet imaginé. Car la finalité de ce collectif est bien de créer, fabriquer et commercialiser une ligne de mobilier design artisanal haut de gamme, en petites séries, sous l’égide d’une marque locale porteuse de valeurs communes, à savoir un ancrage local, un savoir-faire artisanal et une utilisation majoritaire de matériaux locaux.

  1. Union Nationale de l’Artisanat des Métiers de l’Ameublement.

Rédaction : Frédéric Lacoste, journaliste indépendant

© Photos Laurent PAREAU – www.laurentpareau-photographies.fr