FR

EN

Emmanuel Fellet

Ébéniste d'Art

Entre création et restauration…
Arts et Meubles
Les Cauffours 24220 CASTELS
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30.
Ouvert du mardi au samedi
de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30
Devis gratuit. Visitez notre boutique ARTS & Meubles – Expo et vente de nos créations (même adresse).

actualités de l'artisan

Exposant à la Foire Exposition de Périgueux
Exposant au Salon de l’Habitat et de l’Immobilier à Sarlat

Formations & distinctions

CAP ébéniste – Brevet technicien ameublement (option ébénisterie) – Perfectionnement en restauration du mobilier à l’AFPA de Limoges (major de sa promotion).

Emmanuel Fellet

Ébéniste d'Art

Son histoire

Le dilemme s’est présenté à Emmanuel quand il avait 14-15 ans : « Vers quelle profession me diriger ? Devenir architecte m’aurait beaucoup plu, mais j’avais une véritable passion pour tout ce qui était manuel. » Son père l’amène alors dans un atelier d’ébéniste, et la révélation s’impose après une seule journée sur place : « C’était le compromis idéal entre le dessin et le travail des mains. Je n’avais plus d’hésitations à avoir. » Après un CAP puis un Brevet technicien ameublement, le jeune homme fait ses classes en Alsace chez un ébéniste haut de gamme. Un an plus tard, en 1997, il revient dans sa région natale, en Normandie, et se met à son compte avant de prendre la décision de s’installer en Dordogne : « Je voulais travailler dans un coin paisible, agréable. Comme j’ai toujours vécu en zone rurale, Saint-Cyprien, qui est proche de Périgueux, m’a aussitôt plu. »

La spécialité d’Emmanuel est double. D’un côté, il œuvre dans la création pure en fabriquant du sur-mesure, que ce soit à la demande de ses clients ou de son propre chef ; de l’autre, il restaure, « surtout dans le siège », précise-t-il, et avec un respect total du travail des anciens. Dans cet art de sauvegarde du patrimoine, le créatif s’efface alors pour retrouver les gestes et techniques des XVIIIe et XIXe siècles, n’utilisant pour l’occasion que d’anciennes colles animales. « Le bois, c’est ma vie ! souligne-t-il. Toucher le bois, le caresser, cela reste une sensation incroyable. D’ailleurs, j’ai un immense respect pour tous ceux qui travaillent ce matériau, du bûcheron au marqueteur. »

Ses essences de bois préférées ? « Les fruitiers surtout. Le pommier, par exemple, est très esthétique avec ses teintes sublimes de rosé et de violacé. Le noyer aussi m’intéresse. De plus, c’est un bois local. Mais la mode actuelle est plutôt aux teintes claires, avec une nette préférence pour le chêne grisé ou blanchi. Ce qui rend quasiment impossible l’utilisation du merisier, qui est un bois brun-rouge. Par ailleurs, j’aime également travailler l’orme. Même s’il a une tendance à se fissurer, c’est une essence d’une grande beauté. » En revanche, l’ébéniste fuit les résineux, « qui sont des bois trop mous jaunissant rapidement et dont les nœuds sont très rugueux ».

Pour le projet AMI Design, Emmanuel a aussitôt répondu par l’affirmative, heureux de pouvoir contribuer en apportant son expérience et son savoir-faire. « Chaque artisan a l’habitude de bosser tout seul dans son coin, la tête dans le guidon. Avoir l’opportunité de faire partie d’un projet collectif, c’est génial. La perspective de créer des produits uniques en mélangeant les matières me plaît énormément. »

Créations

« Il y a deux ans, j’ai travaillé pour des clients très aisés. Je devais réaliser un canapé en placage de loupe ainsi que des fauteuils en arrondi. Techniquement, c’était un gros challenge car il y avait de nombreuses difficultés techniques. J’avais prévu 200 heures de travail, j’en ai eu besoin de 400 ! »

« Il y a deux ans, j’ai travaillé pour des clients très aisés. Je devais réaliser un canapé en placage de loupe ainsi que des fauteuils en arrondi. Techniquement, c’était un gros challenge car il y avait de nombreuses difficultés techniques. J’avais prévu 200 heures de travail, j’en ai eu besoin de 400 ! »

« Il y a deux ans, j’ai travaillé pour des clients très aisés. Je devais réaliser un canapé en placage de loupe ainsi que des fauteuils en arrondi. Techniquement, c’était un gros challenge car il y avait de nombreuses difficultés techniques. J’avais prévu 200 heures de travail, j’en ai eu besoin de 400 ! »

Collection Épure

Glossaire des matériaux

LE CUIR : Catégorie MASTER – Tannage végétal (Tannerie de Chamont, Saint-Pardoux-la-Rivière – Dordogne) – Couleur châtaigne, épaisseur 3,2 mm – Tranche du cuir teinte noisette – Couture au fil blanc, point sellier.
LE NOYER : Sous forme de lattes, sections ou massif, cette essence est issue des cultures paysannes de la noix du Périgord (AOC, AOP) et séchée de longue date à l’air libre.
L’HUILE : la protection des bois est pratiquée avec une huile dure monocouche « SOLID’OIL » NATURAL de la marque BLANCHON (69 Saint-Priest).
LE TISSU : NOBILIS PARIS, qualité siège où s’entrecroisent fils chenilles à poils longs et subtils éclats de brillants. 55% viscose, 20% coton, 18% lin, 7% polyester.
L’OR : Dorure à la détrempe des feuilles d’or de qualité supérieure 24 carats.
LA PIERRE : « FRONTENAC DUR MARBRIER » extraite des carrières de Frontenac (33).