Une approche pragmatique pour un effet esthétique maximal…

C ’est par un appel d’offres, au mois de janvier, que Pascal a rejoint le collectif de la marque artisanale ERIGE. Son atout majeur ? Être proche des artisans qui l’ont sélectionné dans les locaux de la Chambre des métiers de Coulounieix-Chamiers : « J’ai reçu une formation manuelle de menuisier en sièges à l’école Boulle, précise-t-il. Je connais bien le milieu des artisans. De plus, j’adore animer des séances de travail. Cela fait maintenant une dizaine d’années que je fais de la formation en direction des métiers du design et de l’architecture d’intérieur pour aider les professionnels à développer leur chiffre d’affaires. » Et la réussite est au rendez-vous, à l’image de son trophée reçu en 2014 pour le management du Design du collectif de l’association OMB dans le Béarn, ce même collectif ayant obtenu le prix du design.

Si ce Périgourdin, qui partage son temps entre Souillac et Paris, a une âme d’artiste, il le doit en grande partie à sa famille. Avec un grand-père habitué des prix de dessins et un papa professeur de construction métallique, également très habile avec un crayon, lui-même ne pouvait que développer une sensibilité certaine au monde de l’art. Loin pourtant d’avoir la tête dans les nuages, le directeur artistique est avant tout un pragmatique. Sa devise ? « Un produit qui ne rencontre pas sa clientèle n’a pas lieu d’être. Je cherche systématiquement à ce que la forme soit au service de la fonction. L’effet esthétique doit être maximal par rapport au prix investi. »

Au moment d’aborder la collection pour la marque ERIGE, il a ainsi déterminé avec précision la clientèle ciblée, à savoir les CSP ++, regroupant pour l’essentiel les cadres supérieurs et les professions libérales qui ont les moyens de se faire plaisir en achetant quelque chose d’unique. Pour la zone géographique investie, si le Sud-Ouest est privilégié dans un premier temps, rien n’exclut un développement national par la suite. Concernant la nature des produits, il s’agit de créer aussi bien des tables basses et des canapés que des consoles, des miroirs et des lampes. « Le point commun de notre collection, souligne-t-il, ce sont les matériaux et une ligne verticale qui jouera le rôle de signature graphique. Il faut seulement éviter que ce soit redondant et faire en sorte que chaque produit possède sa singularité. Pour innover, il me paraît indispensable de nous appuyer sur des choses déjà connues. Telle est ma philosophie : un pied dans le passé, l’autre dans le futur ! »  

Au moment où le projet prend un tournant très concret et où les réunions avec les artisans du collectif ERIGE s’enchaînent pour assembler bois, cuir, métal, tissus et dorures sous forme de maquettes, la pression commence à monter pour Pascal : « J’ai bien conscience qu’il ne faut pas se rater, mais je suis un homme de défi. Faire travailler ces artisans aux métiers très différents relevait quelque peu de la quadrature du cercle. Le champ des possibles était très large et personne ne devait rester sur le bord de la route. Mais j’ai vu en face de moi des professionnels très impliqués et tournés avec détermination vers le même projet. Toutes les conditions sont réunies pour réussir. »

Propos recueillis par Frédéric Lacoste, journaliste indépendant.

Diplôme des métiers d’art option création sièges obtenu en 1990. Designer spécialisé dans le mobilier fabriqué en série. Formateur dessin à la main sur papier et tablette. Conseil en architecture d’intérieur spécialisé dans le gain d’espace et les petites surfaces. Consultant pour les PME du secteur meuble. Consultant pour les groupes Renault, Leroy Merlin, Velux.

  • Trophée Aquitain du Design Industriel (TADI) avec l’agence de développement pour l’innovation (2014).